Actuellement à Paris

Exposition de  LI CHEVALIER

Du 10 novembre 2018 - 17 décembre 2018.

 

Vernissage le 16 novembre 2018

à partir de 18 H

 

Galerie SOL.  11, rue guénégaud, 75006 PARIS

 

- Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h -

Sienne

Li Chevalier a réalisé une remarquable exposition au complexe Muséale de Sienne

L'exposition est prolongée jusqu'au 6 janvier prochain

Rome

Le  Musée D’Art Contemporain de Rome accueille  une Installation monumentale  de Li Chevalier intitulée " Polyphonie" environ 30 œuvres de Peintures expérimentales à l’encre.

Commissaire de l’exposition : Paolo De Grandis /Claudio Crescentini

Inauguration : 27 Janvier 2017  18.30 h

Durée de l’exposition: 28 Janvier  - 26  Mars  2017

Macro Testaccio- La Pelanda 

Foyer 2, Theatro Studio Due, Piazza Orazio Giustininiani 4 00153 Roma

 

 LI CHEVALIER     Trajectoires du désir

 

De la Cité interdite au Macro…

ou tous les chemins mènent à Rome.

  Li Chevalier n’aime pas les frontières. Ni celles des disciplines, ni celles des traditions ou des écoles. Les multiples entrelacs, des disciplines, des langages esthétiques, des filiations et des origines, donnent à l’œuvre de Li Chevalier une vocation particulière à tracer un chemin pictural et philosophique qui nous mène d’une géographie du mystère à une profonde réflexion sur nos modes de pensée, hors d’une quelconque hégémonie artistique.  Son esthétique de la beauté interroge un dialogue universel sur ce qui nous relie.  "Seule la beauté a le don de susciter le désir et la quête"  François Cheng.

 Après 5 ans d’Immersion totale dans la troupe opératique de l’Armée Populaire de Chine, Li s'envole pour Paris et découvre, arpente les couloirs et les travées des amphithéâtres de sciences po , de la Sorbonne, et des ateliers d’art à Florence et  du Central Saint Martins College of Art of London, en quête de la vérité et de  BEAUTE…Dans ces lieux mythiques de l’art et du savoir,  elle se console à l'idée que quelque part, sur cette terre, l’être n’est pas un robot parmi les robots, ni simple pion au milieu d’autres pions mais est une singularité à part, entier, précieux et respecté en tant que tel.

"Nous pourrions imaginer un univers qui ne serait que vrai, sans que la moindre idée de beauté ne vienne l’effleurer. Ce serait un univers uniquement fonctionnel ou se déploieraient des éléments indifférenciés, uniformes, qui se mouvraient de façon absolument interchangeable. Nous aurions affaire à un ordre de “robots” et non à celui de la vie"   François Cheng <Cinq méditations sur la beauté>

 Li Chevalier se revendique ainsi comme profondément contemporaine mais refuse le dictat du nihilisme esthétique, qui prendrait pour acquis que l’art peut n’être que discours, que le travail sur la beauté formelle disqualifie le message. 

 Le  Musée D’Art Contemporain de Rome accueille  une Installation monumentale  de li Chevalier intitulée < Polyphonie> et environs 30 œuvres de Peintures expérimentales à l’encre.  La trajectoire de l’artiste se prolonge, l'œuvre transcrit l'itinéraire, les doutes, les illuminations, la route de Rome s'ouvre à un art désireux de beauté qui ne nie aucunement sa contemporanéité

 Expositions monographiques et collectives majeures :

 Royal Academy of Arts Londres. Musée National des Beaux Arts de Chine. Musée des Beaux Arts de Shanghai. Today Art Museum Pékin. Bibliothèque Nationale de Chine. Le Centre d'Art Contemporain de la Base Sous-Marine Bordeaux France. Opéra National de Chine.

 Polyphonie

 La polyphonie   désigne l'écriture  musicale en plusieurs voix simulées, ayant chacune une dynamique propre. Il s'agit de la convergence  de plusieurs mélodies parallèles dans un ensemble musical  respectant les règles d'harmonie. Ainsi  l'enchaînement vertical des accords enrichit la composition globale. Cette globalité n'exclue pas la singularité et sa richesse se construit grâce au développement de l'individualité. 

 Le monde que reflète l'œuvre< Polyphonie> est un monde qui ne peut plus ralentir ses pas vers un espace « commun » où s'intègrent les diverses nations et civilisations, où se croisent mille histoires et héritages. La rencontre des civilisations s'opère à l’échelle mondiale, mais  s'intensifie également à l'intérieur de chaque nation dans laquelle,  une cohabitation  des cultures hétérogènes est un fait historique acquis et une réalité sociale indéniable: dans ce monde interconnecté qui évolue de jour en jour vers un espace de rencontres où les multiples forces économico-culturelles tendent, au gré de leurs ambitions, vers interpénétration et intégration, sommes-nous paradoxalement condamnés au sort de la division et du chaos?

 L'Installation de li Chevalier, composée de divers éléments musicaux-artistiques et concrétisée par un arrangement polyphonique de l'espace se présente  comme  porte-parole de la conviction profonde de l'artiste. :Sauvegarde des contre-points culturels, superposition des lignes mélodiques diverses, résistance à l’uniformisation, refus de la  pensée unique, refus de la monodie culturelle et politique… ce chant  polyphonie se veut témoigner d’une vitalité créatrice née de la rencontre, de l'harmonie et de la tolérance, de toutes ces valeurs qui font l'europe, telle que l’artiste a pu la découvrir.

 

Peinture à l’encre sur toile

Franco-chinoise ou sino-française, Li Chevalier utilise l’encre de chine sur un mode inédit, pour réaliser des paysages/dépaysages sombres et écharpés, sur des fonds traversés de fulgurances crayeuses et de menus scintillements qui engendrent des vibrations nocturnes et des mouchetages récurrents, à partir de « l’accident contrôlé » cher à Toshimitsu Imai. Le champ s’évase, vacille et se resserre alors sur des zones minérales, ou d’autres sidérales, sous les assauts jamais prémédités de l’encre, souvent intriquée à l’acrylique, à du sable ou à des collages, que la main pensante de l’artiste orchestre dans une ronde gestuelle fardée d’effervescence contenue. Parfois se dessine une vague silhouette qui émerge d’une brume incertaine, sinon une croix chrétienne solitaire courbée par la brise, comme celles des pardons bretons. D’autres fois encore, une impression aquatique, voire de magma volcanique, émane en aval du support, quand par ailleurs transparait une manière d’abstraction sourde et mouvante, zébrée de légers froissages et de lueurs phosphorescentes qui évoquent des climats à la limite de la menace, mais où prévaut avant tout une atmosphère, une présence. Il y a là une sorte de mélancolie, une distance fallacieuse, mais principalement une vraie maîtrise. C’est essentiellement dans l’évocation que s’inscrivent ces images graves et secrètes qui renvoient à la nature, mais à une nature quintessenciée, qui n’appartient qu’à son auteur. Li Chevalier n’a pas cédé à la tentation de tracer un pont entre Orient et Occident: elle a créé un monde, son monde.

Polyphonie

 La polyphonie   désigne l'écriture  musicale en plusieurs voix simulées, ayant chacune une dynamique propre. Il s'agit de la convergence  de plusieurs mélodies parallèles dans un ensemble musical  respectant les règles d'harmonie. Ainsi  l'enchaînement vertical des accords enrichit la composition globale. Cette globalité n'exclue pas la singularité et sa richesse se construit grâce au développement de l'individualité. 

 

Le monde que reflète l'œuvre< Polyphonie> est un monde qui ne peut plus ralentir ses pas vers un espace « commun » où s'intègrent les diverses nations et civilisations, où se croisent mille histoires et héritages. La rencontre des civilisations s'opère à l’échelle mondiale, mais  s'intensifie également à l'intérieur de chaque nation dans laquelle,  une cohabitation  des cultures hétérogènes est un fait historique acquis et une réalité sociale indéniable: dans ce monde interconnecté qui évolue de jour en jour vers un espace de rencontres où les multiples forces économico-culturelles tendent, au gré de leurs ambitions, vers interpénétration et intégration, sommes-nous paradoxalement condamnés au sort de la division et du chaos?

 

L'Installation de li Chevalier, composée de divers éléments musicaux-artistiques et concrétisée par un arrangement polyphonique de l'espace se présente  comme  porte-parole de la conviction profonde de l'artiste. :Sauvegarde des contre-points culturels, superposition des lignes mélodiques diverses, résistance à l’uniformisation, refus de la  pensée unique, refus de la monodie culturelle et politique… ce chant  polyphonie se veut témoigner d’une vitalité créatrice née de la rencontre, de l'harmonie et de la tolérance, de toutes ces valeurs qui font l'europe, telle que l’artiste a pu la découvrir.

 Peinture à l’encre sur toile

Franco-chinoise ou sino-française, Li Chevalier utilise l’encre de chine sur un mode inédit, pour réaliser des paysages/dépaysages sombres et écharpés, sur des fonds traversés de fulgurances crayeuses et de menus scintillements qui engendrent des vibrations nocturnes et des mouchetages récurrents, à partir de « l’accident contrôlé » cher à Toshimitsu Imai. Le champ s’évase, vacille et se resserre alors sur des zones minérales, ou d’autres sidérales, sous les assauts jamais prémédités de l’encre, souvent intriquée à l’acrylique, à du sable ou à des collages, que la main pensante de l’artiste orchestre dans une ronde gestuelle fardée d’effervescence contenue. Parfois se dessine une vague silhouette qui émerge d’une brume incertaine, sinon une croix chrétienne solitaire courbée par la brise, comme celles des pardons bretons. D’autres fois encore, une impression aquatique, voire de magma volcanique, émane en aval du support, quand par ailleurs transparait une manière d’abstraction sourde et mouvante, zébrée de légers froissages et de lueurs phosphorescentes qui évoquent des climats à la limite de la menace, mais où prévaut avant tout une atmosphère, une présence. Il y a là une sorte de mélancolie, une distance fallacieuse, mais principalement une vraie maîtrise. C’est essentiellement dans l’évocation que s’inscrivent ces images graves et secrètes qui renvoient à la nature, mais à une nature quintessenciée, qui n’appartient qu’à son auteur. Li Chevalier n’a pas cédé à la tentation de tracer un pont entre Orient et Occident: elle a créé un monde, son monde.

 

Li Chevalier une artiste infinie

  Li Chevalier a participé :  A l'Art pour LA PAIX au siège de l'UNESCO à Paris du 4 au 21 mai 2016

1/3

Li Chevalier était parmi les 5 artistes représentant la Chine dans l' exposition « Art pour la paix » organisée par l'UNESCO du 4 au 21 Mai 2016. M. Lin Xiang Xiong, artiste Singapourien de renommée internationale assure l'organisation et la conduite du projet. L'exposition a été présentée conjointement par Wallonie-Bruxelles International (Belgique), l'Université de Pékin (Chine), et la Global Chinese Arts and Culture Society (Singapour), avec comme commissaires M. Peng Feng, vice doyen de la Faculté des Beaux-arts de l'Université de Pékin et M. Michel Baudson, directeur honoraire de l'Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles.

 

Dialogue entre l’art chinois et l’art occidental

au Siège de l'UNESCO - Paris    

 

 « GENÈVE, 31 octobre 2015  - Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le Président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, ont lancé un avertissement conjoint sans précédent sur l’impact des conflits actuels sur les civils et demandent que des mesures concrètes et urgentes soient prises face à la souffrance humaine et à l’insécurité ». (Secrétaire général des Nations Unies – Communiqué de presse)

En 2015, une attaque terroriste a eu lieu à Paris. Cette année, un autre attentat a été perpétré, à Bruxelles. Il est difficile de prévoir, depuis le début du 21ème siècle,  de la révolution de jasmin en Afrique jusqu'aux guerres dans les pays du Moyen-Orient, de l'Irak à la Libye en passant par la Syrie, puis de l'Afghanistan à l'Iran en en sus des griefs historiques d'Israël envers les pays du Moyen-Orient, il semble que la guerre en soit le fil conducteur.

Si la guerre peut détruire les structures et les corps humains, elle ne peut pas changer la nature belliqueuse des tueurs fous.

 

Elle ne peut certainement pas changer la mentalité des militants et leur faire déposer les armes.

Témoignant de l'agitation et du chaos du monde actuel, seul le « dialogue des civilisations », c’est-à-dire le dialogue et la communication entre les civilisations, conduira à l'intégration et à la compréhension mutuelle, de sorte qu'un environnement harmonieux puisse être établi au niveau spirituel et moral.

 

L'événement « Art pour la paix » organisé par l'UNESCO, qui s'est tenu du 4 au 21 mai 2016, en son siège à Paris, est un dialogue entre l’art chinois et l’art occidental. La partie orientale de l’exposition, représentée par la Chine et Singapour et la partie occidentale, représentée par Wallonie-Bruxelles, ouvrent ainsi des perspectives de dialogue au sein de la plate-forme fournie par l'UNESCO.

 

Toutes les œuvres de cette exposition chinoise et occidentale présentant dans une certaine mesure des thèmes idéologiques avec un objectif très fort, illustrent non seulement les interrogations d’une époque, mais aussi celles des guerres et du chaos dans la société, l'environnement, les vicissitudes de la vie, jusqu’aux souffrances des indigents ou des personnes défavorisées. Sa présentation à Paris, à l’UNESCO, lui apporte plus particulièrement toute son importance actuelle et historique.

 

L'exposition organisée conjointement par Wallonie-Bruxelles International (Belgique), l'Université de Pékin (Chine), et la Global Chinese Arts and Culture Society (Singapour), a également reçu le soutien des trois délégations permanentes du Royaume de Belgique, de la République populaire de Chine et de la République de Singapour auprès de l'UNESCO. Le Professeur Lin Xiang Xiong, un artiste Singapourien de renommée internationale, a initié son organisation et en a été le chef d’orchestre.

 

Les Professeurs Peng Feng, vice-doyen de la faculté des beaux-arts de l’Université de Pékin et Michel Baudson, Directeur honoraire de l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles, ont été en charge de la sélection des œuvres d'art, l’un pour la Chine et l’autre pour Wallonie-Bruxelles.

Artiste participant - Lin Xiang Xiong

 

Le Professeur Lin Xiang Xiong, président de la Global Chinese Arts and Culture Society, chercheur à l'Académie des arts nationale chinoise et professeur invité à l'Université de Pékin a étudié à l'Académie des Arts de Singapour de 1965 à 1968, ensuite en France à Paris, de 1971 à 1973. Sa première exposition européenne a eu lieu de mai à septembre 2015 au Musée du « Bois du Cazier » (Belgique) auquel il a fait don de son œuvre intitulée « Le soleil se lève, à nouveau ! »

L’expérience de plusieurs dizaines d’années dans les matières artistiques et culturelles ainsi que les influences chinoises et occidentales uniques du professeur Lin lui ont permis de créer de nouvelles œuvres d'art marquées d’une forte identité du Pacifique Sud. Ses œuvres sont empreintes de compassion et d’une philosophie qui a pour thème distinctif que le bon sens prévale, et un concept central fortement axé sur la culture et les idéologies chinoises. Ses œuvres, avec leurs thèmes anti-guerre, anti-pollution, anti-pauvreté et sensibles aux catastrophes naturelles ont recueilli l’admiration non seulement des milieux culturels et artistiques orientaux, mais aussi du monde occidental, en particulier l'appréciation et les honneurs de la société européenne ! Les vingt-deux œuvres d'art de cette exposition présentent à la société des revendications contemporaines et sociales pour le bien des personnes défavorisées !

 

艺术vs 和平

 

中西方艺术在联合国教科文组织总部平台上的对话

 

(新闻稿)

 

《前言》

 

“斥责世界领袖对人类苦难无所作为,呼吁各国停止冲突,尊重国际法和给予难民援助。”这是去年11月联合国秘书长潘基文与红十字会国际委员会主席莫雷尔在日内瓦发表了前所未有的联合声明。

 

2015年巴黎受恐袭,今年布鲁塞尔再次受恐袭。今后在欧洲,乃至世界其他地方是否也会遭受到恐袭呢?这是很难预料的,自21世纪以来,从非洲茉莉花革命到中东各国的战乱:从伊拉克,利比亚到叙利亚,又从阿富汗到伊朗,以色列与中东各国的历史宿怨似乎是战争的导火线。

 

地球上,人们都在为政治版图的扩张与占领,为经济利益,为资源与市场的纠缠了数千年!似乎人类的历史又成了一部血泪的战争史!

 

人类的战争,只能摧毁地面上的建设物与人类的 身躯,但却不能彻底改变战魔与生俱来的战斗与杀戮本性,更不能令好战份子转性而放下屠刀与枪弹。目睹当今世界的动荡与乱局,只有“文明对话”——不同文明间的对话与沟通,融合而臻达彼此间的相互了解才能从精神,心灵层面地缔造和睦环境。而即将于2016年5月3日至22日在法国巴黎联合国教科文组织总部筹开的《艺术与和平》,中西方艺术对话之涵盖东方——中国、新加坡,与西方比利时的绘画展将是在教科文这个世界组织的平台上拉开了艺术对话的帷幕。

 

这个中西方艺术展是于2015年7月6日由比利时瓦隆-布鲁塞尔国际WBI, Charles-Etinnene LAGASSE, Fabrice FORTI 以及Zenon KOWAL与新加坡艺术家林祥雄在拜会联合国教科文组织(UNESCO)主任Mdm Tinia Fernandez de Toledo时双方口头立下了项目,因审批手续的繁琐故延迟至2016年3月24日才确定下来这项画展。

 

画展由比利时瓦隆-布鲁塞尔国际(WBI),中国北京大学与新加坡炎黄国际文化协会三方联合主办,又得到比利时与中国两国常驻联合国教科文组织团的支持。并由享誉国际画坛的新加坡华人艺术家林祥雄教授牵头为总策划人。

 

参展画家—林祥雄

 

林祥雄,现任炎黄国际文化协会创会会长;中国艺术研究院特约研究员; 北京大学艺术学院客座教授。1945年出生于中国广东潮安。1956年移居南洋,新加坡籍。1965-1968年、1971-1973年先后在新加坡艺术学院和法国巴黎进修美术。2015年5月-9月,个人首次欧洲画展在比利时卡齐尔森林博物馆举行,赠送作品《太阳再又升起!》于博物馆。

 

林教授在文化艺术上经历了数十年努力而独树一帜的“中西融合”的崭新艺术作品表现了强烈的南洋色彩,并在作品中呈现了悲天悯人,道行天下与鲜明主题的思想内容、高度浓缩的中华文化核心理念与思想,并赋于作品之中。他的反战,反环境污染,反贫困以及涉及天灾人祸的作品题材,不但得到东方世界文化、艺术界的学术肯定,并且得到西方世界:尤其是欧洲社会的赞赏与喝彩!而这次的展出22幅作品,更是展现了时代性、社会性与为不幸弱势社群向社会提出的控诉!

 

参展画家简述—中方5位

 

中国精挑了五位在中国国内乃至国际画坛享有盛誉的画家参展,中央美术学院原院长潘公凯,清华大学美术学院原副院长刘巨德,北京大学艺术学院教授李爱国,中国美术学院主任陈向迅与旅法女画家诗蓝(Li Chevalier)。这五位画家从传统到创新,由东方到西方历经了数十年的探索与磨练并树立了自己风格与强烈的艺术个性,作品的主题思想与内涵展现了其多样化与多层次,题材的多元化之中西融合面目,可谓是当今中国绘画界具有代表性的画家。 参展画家简述—西方5位比利时会展的五位画家,Michel CLERBOIS (米歇尔·克莱布瓦)、Michel FRANÇOIS(米歇尔·弗朗索瓦)、Alfredo JAAR(阿尔弗雷多·赫尔)、LENNEP(伦内普)、Joëlle TUERLINCKX(若埃勒·图尔林克斯),他们从表现手法与技巧,创作媒介与画神呈现了多样化作品的题材,内容落差较大,但却都表现了独创性的艺术精神与艺术创新面貌。从社会性到人性,由时代性至令人反思的象征性表现手法与技巧,令人深思反省,尤其是伦内普创作的《Bord de mer》令人回忆2015年从叙利亚横渡逃走而淹死的叙利亚3岁男孩艾兰·库尔迪(Aylan Kurdi)。而米歇尔·弗朗索瓦的《Jeux de mains》(《手游戏》)象征着人与人之间的团结与合作。纵观本次展出的中西方作品,在某个意义上都是“有的放矢”强烈的主题思想不但代表了时代,更折射了社会战乱、环境、贫困、弱势社群的生存空间与人间沧桑的深刻反思:尤其是在巴黎联合国教科文组织的平台上,更具有时代与历史意义。

 

2016.4.12

 

(1665字) .

France-Chine-Info

France-Chine-Info est un Magazine-Web franco-chinois, en partenariat avec l'association: "Association France-Chine Cultures Interactives  AFCCI sur facebook, en lien  également avec la page Facebook  :  "le pont de l'amitié franco chinoise"

法国-中国-信息是法中网络杂志  与 ”法中文化合作协会 “ (AFCCI )是合作关系  链接可以阅读“脸书”中 “法中友谊之桥 ”的内容 

France Chine Info